Cocktail funeste dans le Diois…

En 2018 la Région ne nous voit pas

Photo du TER 17 359 disparu depuis le 10 décembre dernier

Le 6 décembre dernier, nous avons profité d’une réunion publique de mi-mandat pour remettre à la vice-présidente aux transports de la Région AuRA, Martine Guibert, une pétition de plus de 5000 signatures pour la défense du train dans la vallée de la Drôme. 

La veille, nous l’avions prévenue de notre prise de parole — sans attendre qu’on nous la donne —, car nous n’avions que 45 minutes à lui dédier avant notre train retour dans le Diois. Ainsi, elle a concédé en amont de cette grand-messe à un entretien avec nous. Nous lui avons demandé de rétablir le train TER 17 359 Romans Gap qui avait été supprimé quelques mois auparavant. Elle l’a promis publiquement plus tard dans la journée… pour demain ! Mais un demain un peu lointain !

En 2019 la Région nous reçoit

Retour du TER 17 359 (vu d’artiste – 30 aout 2019)

Le 13 février, Martine Guibert nous a reçu à Lyon au siège de la Région, pour faire le point sur les avancées du dossier dans le Diois. A cette occasion, nous avons appris que ses services avaient travaillé au rétablissement du TER 17 359 et qu’une date prévisionnelle de remise en service était enfin prévue. La date de demain est donc désormais connue. Ça sera le 30 août 2019 (soit 269 jours plus tard). Une conciliation entre PACA, gestionnaire historique de la ligne et seule décisionnaire de la suppression de ce train, est également en cours.

Nous saluons l’effort de la Région, car ses annonces sur l’ensemble du dossier de notre ligne de train sont encourageantes : sauvegarde de la ligne, de ses trains, dont le train de nuit, travaux programmés sur 2020 et 2021 pour la rénovation, retour d’un A/R ferroviaire supplémentaire entre Romans et le Diois tous les jours à partir de septembre 2019(un aller au départ du Diois vers 6 h 30, pour un retour avant 19 h le soir).

Un dialogue existe désormais avec l’exécutif régional actuel, bien qu’il n’ait été rendu possible que par une action citoyenne déterminée et informée, à l’image du Diois et de ses habitants. Ce dialogue retrouvé nous renforce dans la conviction que nous n’aurons que ce que nous irons chercher par nous-mêmes.

Demain, comme hier

Nous voulons être associés dès aujourd’hui aux discussions entre la région AuRA et la région PACA concernant l’avenir de la ligne interrégionale. Nous voulons que la volonté d’écoute des habitants, manifestée par la Région, se traduise en engagement à ne pas laisser l’État et la SNCF décider seuls de cette phase d’élaboration de l’avenir.

Nous appelons les syndicats de cheminots, les mécanos et les contrôleurs, les chefs de gare, les gestionnaires de réseau, tous les opérateurs du train, à se mobiliser avec nous.

Nous allons poursuivre nos actions, en lien avec nombre d’acteurs locaux.

Cela suffit de privilégier les lignes à grandes vitesses, cela suffit de développer des tarifs si prohibitifs qu’ils jettent sur les routes les plus pauvres d’entre nous, augmentant par là même les risques d’accident de la route… et quand bien même nous aurions les moyens de payer les trajets : comment utiliser un train alors que ses horaires sont en déconnexion avec la vie et les obligations des habitants ?

Happy birthday ?

TERminez la disparition de nos services publics !!!

Notre mobilisation va bientôt fêter son premier anniversaire. Elle est symptomatique, comme les autres luttes du territoire, de notre volonté féroce de conserver les quelques services publics qui nous restent. Ceux-là mêmes dont nous appelons le renforcement dans l’avenir, car nous revendiquons le droit d’être reliéau monde et le droit de vivre aussi dignement que dans une grande agglomération. Nous ne voulons pas de cet avenir de zone définitivement déclassée, peuplée d’habitants de 3e classe, une réserve d’Indiens, tout juste bonne à divertir les touristes, abandonnée le reste de l’année ! Nous ne sommes pas l’espèce en voie d’extinction qu’ils voudraient que nous soyons.Sous les coups de boutoir de l’État, de la Région, de la SNCF ici, de l’Agence régionale de Santé (ARS) ailleurs, de La Poste là-bas,nous subissons l’effet cocktail dévastateur de la disparition/dégradation combinée de services qui font le lien sur notre territoire, qui font que celui-ci reste une partie du tout. Demain, sans trains, sans hôpital, sans Poste, sans emplois qui pourraient encore habiter ici ?

Si l’État maintient ses politiques « méga-libérales », les années qui viennent se passeront à lutter. Pour ne plus subir cette iniquité, il nous revient de lutter pour compenser la moindre disparition de services publics par une reprise en main citoyenne. Nous rencontrer, nous mobiliser, nous organiser. 

L’intérêt général est notre intérêt. 

Nous sommes les seuls experts de notre quotidien, nous savons ce dont nous avons besoin ! 

Les décisions doivent se prendre avec nous, les habitants (à commencer par le devenir des guichets, de notre ligne de train, les changements de grilles horaires…).

Demain doit se faire avec nous, toutes et tous !

Le Collectif Gare à Nous !